Yousry Nashrallah chez Paula Jaque

9 May

Yousry Nasrallah, né en 1952 au Caire, Égypte. Elève à l’école allemande du Caire avant d’entreprendre des études supérieures d’économie et de sciences politiques à l’université du Caire.

1973, Yousry Nasrallah entre à l’Institut de cinéma du Caire.

1978, il part pour quatre ans au Liban et devient journaliste au quotidien As-Safir.

1980, il se tourne définitivement vers le cinéma. Il est assistant de production sur Le Faussaire de Volker Schlöndorff (tourné à Beyrouth en 1981), puis assistant réalisateur de Youssef Chahine sur La Mémoire. En 1985, il est co-scénariste et assistant réalisateur sur “Adieu Bonaparte”.

1987, il écrit et réalise son premier film “Vols d’été”, coproduit par Youssef Chahine. Ce film obtient de très nombreux prix, il est considéré comme l’une des oeuvres ayant le plus contribué au renouvellement du cinéma égyptien.

1988-1990, il est co-scénariste et co-réalisateur de “Alexandrie”  de Youssef Chahine.

Il co-réalise en 1991 “Le Caire”.

1993, il réalise Mercedes, film très remarqué par la critique.

En 1994 Yousry Nasrallah réalise deux court-métrages, “Le Figurant” et “Une journée avec Youssef Chahine“, pour l’émission “Une journée particulière de cinéma”, produite par Canal+. En 1995, il réalise un documentaire “à propos des garçons, des filles et du voile”, qui reçoit de nombreux prix. En 1999  il réalise “La Ville” co-produit par Arte, Prix spécial du jury au Festival de Locarno.

“Femmes du Caire” de Yousry Nasrallah avec Mona Zaki, Mahmoud Hemeida, Hassan el-Raddad, Mohamed Ramadan… 2 h 15 mn.

A propos de “des garçons, des filles et du voile” qui est aussi celle où la question du voile à l’école en France devenait l’urticaire de la République, ce film produisit l’effet d’un contrepoint saisissant. D’une part, il nous renseignait sur la pente ténébreuse et raidie où s’engageait la société égyptienne, frappée par un retour de manivelle conservateur et religieux après des décennies de relative libération des mœurs. Et d’autre part, il enquêtait sur les nouveaux codes amoureux, les cartes modernes de la sensualité et de la frustration que la jeunesse d’Egypte, ambivalente et désorientée, devait établir entre les sexes comme entre les générations.

“Energie”. La fiction avec laquelle Yousry Nasrallah nous revient après quelques détours constitue d’abord, malgré ses apparences tout à fait romanesques, un prolongement direct de ce documentaire. On pourrait presque dire qu’A propos des garçons, des filles et du voile a été le premier cercle du même compas avec lequel est tracé le cercle de Femmes du Caire, plus large, épaissi par le temps, exalté par la fiction et affermi par l’expérience du cinéaste.

C’est la première fois que Yousry Nasrallah n’écrit pas lui-même son script, et on comprend vite pourquoi : l’histoire toute en énergie et drames que lui a apportée le scénariste Waheed Hamed (qui avait notamment signé l’adaptation du roman l’Immeuble Yacoubian) lui va parfaitement. On y voit une femme de pouvoir, Hebba, passer par toutes les couleurs et les altitudes de la vie : triomphante et brisée, splendide puis carrément pochée, sinistre et drôle, torride et sèche, amoureuse, placide, furieuse, dégoûtée. Elle est l’animatrice vedette d’un talk-show féminin qui, en menaçant de virer féministe, menace aussi la carrière de son beau fiancé, journaliste ambitieux auquel le pouvoir réclame docilité.

Refoulements. S’enclenchent alors les rouages d’un mélodrame politique qui ne cesse de surprendre par l’audace de ses développements, qu’ils soient sociaux, éthiques, sexuels, poétiques ou même économiques, le cinéaste ayant toujours été soucieux d’articuler cette dimension dans la question des rapports conjugaux et de l’islam. L’avortement, «la classe politique pourrie», «la société qui pue», la violence physique des hommes et des femmes, leurs meurtriers refoulements… rien n’échappe à la fureur inspirée du cinéaste et de son héroïne (Mona Zaki, superbe femme et actrice).

Sertie de trouvailles sensuelles (le flirt sur tapis de course, la sueur du torride Saïd…), la mise en scène réussit à tisser ses liens entre la dureté moderne et un certain cinéma classique, oriental mais pas seulement : il y a aussi quelque chose du meilleur Aldrich, par exemple celui du Démon des femmes, dans ces impressionnantes “Femmes du Caire”.

2001 il écrit le scenario de La Porte du Soleil avec Elias Khoury, adapté du roman de ce dernier (article de Olivier Séguret, journaliste à LIBERATION)

Filmographie


2008 Genenet al asmak (The Aquarium) de Yousry Nasrallah
2004 Bab El Chams (La porte du soleil ) de Yousry Nasrallah
2000 El Medina (la ville) de Yousry Nasrallah
1995 Sobyan wa banat de Yousry Nasrallah
1993 Marcedes de Yousry Nasrallah
1988 Sarikat Sayfeya (vol d’été) de Yousry Nasrallah

Yousry Nasrallah fut étudiant de l’Institut du Cinéma du Caire. Il débuta comme assistant de Youssef Chahine et est le co-scénariste de Adieu Bonaparte, Alexandrie encore et toujours (1990).

Il réalise son premier long métrage, Vol d’été, primé dans de nombreux festivals et présenté à la quinzaine des réalisateurs à Cannes en 1987.

Il est l’auteur d’un documentaire émouvant sur la jeunesse égyptienne intitulé À propos des garçons, des filles et du voile (1995).

Son film La Ville (المدينة, Al Medina), tourné en 1999, obtient l’année suivante le Prix du public lors du 10e Festival du cinéma africain de Milan

Advertisements

One Response to “Yousry Nashrallah chez Paula Jaque”

  1. flabberghasted August 15, 2010 at 8:32 am #

    Merci d’être passé. J’ai vu votre blog “entreprendre au Maroc”. I keep my fingers crossed ! (En Amérique on croise ses doigts pour porter chance à Quelqu’un)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: