Do you feel easier at writing when they’re drunk ?

5 Oct
SS Intérimaire
 Sujet du message: Re: Heavy fioul
Nouveau messagePosté: Aujourd’hui, 00:35 
Hors ligne
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 22 Sep 2011, 21:50
Messages: 7

Le chômage tant attendu est enfin là. Pas de branlette en vue puisque j’ai un emploi du temps de ministre. Je suis toujours enfoncé jusqu’au cou dans les “processus de recrutement”. C’est long oui, mais j’ai la chance d’avoir le fameux diplôme, celui qui te permet de *choisir* ton job, d’être harcelé par les RH qui ne veulent pas qu’on imprime leurs emails. Ça avance positivement pour 2 boites, notamment une pour un job en Europe de l’Est, l’autre pour de la easy money en plein Paris. Rien n’est conclu mais le simple fait de croire que l’on va enfin quitter la Fwance rend tout léger. Je marchais dans la rue en ne voyant que moi, le flot parisien me passait à travers comme la bise caresse les couilles de taureaux, comme si c’était la dernière fois que je le voyais.
J’avais affaire du côté des champs. Barbe d’une semaine, t-shirt devenu un peu petit qui fait ressortir les muscles club med gym, le sac à dos de sportif, le Levis usé, Roxy Music à fond dans les écouteurs, j’ai la totale dégaine de hypster sans vraiment le vouloir. Et puis tous les vrais hypsters sont des crevettes (je ne supporte plus les mecs avec des petits bras, j’ai l’impression de voir des somaliens ou des revenants de ShoahPark). En tout cas quand tu sors à Georges V au milieu des costards ça dénote un peu.

Je repars en vélib’, les freins grinçants feront peur à une jolie blonde, on se regarde, je rigole, elle rigole, elle traverse, se retourne, on rigole encore. Direction place de la Concorde. Je sais que le Paris Open Tour me regarde, qu’ils doivent se dire quelle chance j’ai de vivre Paris à même le bitume, que descendre les Champs de façon naturelle sur un vélo couleur merde c’est une chance inestimable. Et ils ont raison. Je kiffe à mort cette jungle de voitures, ces jolies filles partout. Je pense à celles que je pourrai peut-être avoir à Cracovie alors que je laisse filer toutes celles devant moi. La Madeleine qui ne m’aura impressionné qu’une fois, un tour par Opéra. Plus tard cette blonde parfaite, 23 ans grand max, qui roule en danseuse sur son vélo old-school. J’essaye de marcher le plus vite possible pour être près de ce mannequin next-door… elle grille le feu rouge…

J’avais le choix ce soir, soit continuer comme les trois jours précédents et me coucher à 22h ou alors faire ce que je fais right now… J’étais trop bien, il fait encore lourd à Paris, je ne pouvais pas dormir tout de suite alors un tour d’Orgul, puis viens cette envie de cracher et de skybloger sa vie de merde. Direction l’arabe chercher la bière et les gateaux; Grace Slick, Roxy Music, Dire Straits dans la playlist, ça devrait assez me fatiguer pour la nuit. Figurez-vous que quand je me sens trop bien, trop libéré et bien je suis comme un con. Je sais que je saoule avec mon sport (je pense que c’est moins pire que d’autres obsessions ici) mais comme j’ai fait de la bonne endurance ce WE, je suis corporellement en génial bien être (les endorphines). Quand tout va bien je me sens désarmé, trop habitué à me positionner face à des murs de haine, de fatigue, d’idées noires. Je me rends compte que la *dépressive attitude* n’est en rien un truc “d’intellecto-sensible”, “d’incompris”, c’est juste la meilleure chose possible quand on ose pas prendre la vie et en faire ce que l’on veut ou ce que l’on peut. Ça permet de jeter tous ses malheurs sur les noirabes, les filles, les communistes et de laisser couler la sève tout en fuyant la culpabilité.
Je n’ai toujours pas repris les médias et cette semaine j’ai passé un nouveau cap : je ne vois plus les singes et les sand niggers. Je suis toujours une sale crevure raciste mais mon cerveau hitlérien ne se fait plus de bile, il range les métèques à la même place que les pigeons. J’ai encore failli agresser un type aujourd’hui, un blanc dans le train, après le passage des contrôleurs il a sorti une diatribe anti-poinçonneurs en ponctuant “la sale race, putain”. Ma petite limite qui m’empêche de défouler toute ma haine sur le premier venu s’est encore réduite mais était encore assez présente à ce moment là. J’ai quand même fixé ce connard avec un regard bien haineux, j’ai bandé un peu les muscles, il a pu comparé à son gros bide de prolo et il s’est mis à faire semblant de dormir en s’assurant de temps en temps que je m’étais détendu (et j’étais plutôt détendu, je chialais – littéralement – sur mon Kerouac. Quatre me font chialer : Kerouac, Tolstoï, Hesse et Dosto). Sa femme semi-battue faisant bien la femme semi-battue. Dieu que je hais les gens vulgaire. Quand on arrête le tabac il parait qu’on se retourne sur quelque chose, ben moi depuis que j’ai arrêté l’injection de haine médiatique ce sont les vulgaires qui me font tacchichardier. Mais il y a toujours ce frein flic/justice… et puis cette anti-violence chrétienne.

0,75 cl et je pense que j’ai craché l’essentiel. Mais il m’en reste encore 1,25 L dans le frigo. Mon choix pour l’expat’ n’est presque plus challengé par le fric parisien, surtout que l’entreprise serait prête à me payer presque comme à Paris… (c’est à dire quasi bourgeois sur place). Je me suis dit la phrase fatale : “si tu ne le fais pas, tu vas le regretter”. Je regrette depuis 8 ans de ne pas avoir baroudé et vécu autre chose que la petite bourgeoisie un peu ratée. J’espère que ça va marcher. Et j’avoue que j’aimerai beaucoup raconter mes exploits avec les filles de l’Est à suprem mrap…

Je me relis et je sais qu’il y en a qui vont trouver ça un peu prétentieux – comme ils ont déjà pu le dire. Je reste un looser positif et je suis de nature à voir le bien là où on peut le dénicher. Les concours de bite j’ai abandonné depuis longtemps, depuis que j’ai compris qu’il y aura toujours des mecs plus forts que moi dans n’importe quel domaine que ce soit, notamment sportif. Quand tu te crois warrior des pistes et que tu te fais doubler par un gamin de 10 ans, que tu penses que ce col t’appartient alors que le vieux de 60 piges monte sans sueur, que cette ablette sur son vélo te met 10 km/h dans cette montée… je suis très mauvais joueur c’est pour ça que je ne fais que des sports solos, j’ai un ego trop démesuré. Je me souviens de mes premières compétitions d’escrime, alors que j’étais le meilleur mon groupe d’entraînement j’en chiais en compet’ et même je ne gagnais pas à la fin. Mauvais joueur fini. J’ai toujours conçu la défaite sportive comme une injure, le renvoi hors de la société et surtout hors du désir des filles. Un jour j’ai pété une durite lors d’une régate, je me suis mis à gueuler et à faire le petit nazillon devant des gens qui faisait ça pour le fun… La compétition ce n’est pas pour moi, je suis définitivement un solitaire incapable de jouer le jeu communautaire. Je suis bloqué dans le trip duel, vie ou mort… incapable de détachement. Une sorte de mongolisme si vous voulez mon avis. Mais je pense que j’ai des possibilités d’amélioration, quand j’aurai vraiment détaché le fait que victoire = fille (l’école m’a vraiment traumatisé là-dessus).
1L.
Je suis prolixe ce soir car mon “frère” est parti, c’est aussi un “nazi” comme moi, comme nous, il quitte la France pour profiter des bonnes ondes et de l’absence de bougnoules de certains pays. Du coup j’ai plus la possibilité de défouler mes haines par sms ou sur un canapé ikea.
Bollocks dit que les amis ça n’existe pas, que c’est forcément une relation monnayée d’une façon ou d’un autre. Je pense qu’il se trompe tout à fait, et que les “transactions” d’humanité sont justement hors du champ du “monnayable”, surtout quand c’est fait entre nazis consentants. Je suis triste quand je pense que des gens ne croient absolument pas en l’amitié, cette chose qui survit à l’amour, aux peines d’amour.

Image

PS : j’adore que Bollocks soit cité dans les billets de XP, alors que moi je me faisais cracher à la gueule par tout le forul pour mon ode xpéienne, celle qui célébrait le meilleur écrivain de France. Je l’aime tellement que je commence à ne plus être tout à fait d’accord avec lui.

Rapporter le message
Haut
 Profil Envoyer un message privé  
Répondre en citant le message  
Jakaltalui
 Sujet du message: Re: Heavy fioul
Nouveau messagePosté: Aujourd’hui, 01:28 
Hors ligne
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 20 Juil 2011, 02:09
Messages: 908
Localisation: Devant la brioche dorée de GDL

c’est quoi ton diplôme ? je veux le même !

_________________

Le badok. a écrit:
Quand j’ai envie de lire quelque chose d’intéressant je me relis.

Rapporter le message
Haut
 Profil Envoyer un message privé  
Répondre en citant le message  
Psy Chieâtre
 Sujet du message: Re: Heavy fioul
Nouveau messagePosté: Aujourd’hui, 01:50 
Hors ligne
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 09 Juil 2011, 23:54
Messages: 1000

Taux d’anglicismes dépassé.
Demande imminente à l’administrateur d’éliminer le texte criminel…
Envoi de la menace de publier les photos prises lorsqu’il faisait des choses avec une cochonne qui n’était pas la sienne…

_________________
C’est comme s’excuser d’avoir écrasé une merde avec des godasses de bûcheron. On se sent con de l’avoir fait mais y’a pas de véritable mal.

Rapporter le message
Haut
 Profil Envoyer un message privé  
Répondre en citant le message  
Sabine Paturaël
 Sujet du message: Re: Heavy fioul
Nouveau messagePosté: Aujourd’hui, 01:51 
Hors ligne
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 27 Oct 2010, 12:50
Messages: 768

SS Intérimaire a écrit:
J’avais affaire du côté des champs. Barbe d’une semaine, t-shirt devenu un peu petit qui fait ressortir les muscles club med gym, le sac à dos de sportif, le Levis usé, Roxy Music à fond dans les écouteurs, j’ai la totale dégaine de hypster sans vraiment le vouloir. Et puis tous les vrais hypsters sont des crevettes (je ne supporte plus les mecs avec des petits bras, j’ai l’impression de voir des somaliens ou des revenants de ShoahPark). En tout cas quand tu sors à Georges V au milieu des costards ça dénote un peu.

Tu es tout ce que je hais. J’ai l’impression d’être attaqué par une pub pour des fringues de merde achetées par des mongoliennes et fabriquées par des esclaves. Alors que j’ai même pas la télé.

Même tes références te font honte tant tu es autant à côté de la plaque qu’un cul-de-jatte qui se rend à une partouze de fétichistes du pied.

Mec, personne en a rien à battre de ton nombril de nazi d’émission belge de téléréalité en sépia.

Va graver des croix gammées sidaiques avec ton coupe-ongles du côté des champs.

Du côté des champs… putain!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: